Colloque final de l’ANR

Mis en avant

 photoaffiche2

Les objets contemporains du religieux

Matérialités, espaces privés, trajectoires personnelles

Saint-Louis, Sénégal, 24 et 25 mars 2016

Jeudi 24 mars

8h00 : accueil des participants

8h30-9h30 : discours d’ouverture

9h30-10h15 : Conférence inaugurale

Penda Mbow, Historienne, Université de Dakar

Pause café

10h30-12h00 : Panel 1: Religion et enjeux de genre

Sadio ba Ning, Femme et nouveaux centres d’éducation islamique (Sénégal)

Anne Attané, Intimités religieuses féminines, l’exemple de Ouagadougou, Burkina Faso

Maud Saint-Lary, L’argent de l’épouse : déclinaisons à partir d’un consensus islamique.

Débat

Déjeuner

14h00- 17h30 : Panel 2 : Objets et espaces fédérateurs

Marie Nathalie LeBlanc, Consommation, mise en corps et rituels : les nouveaux marqueurs de la religiosité dans la quotidienneté face aux enjeux de classe (Côte d’Ivoire)

Katrin Langewiesche, Le portrait religieux (Ahmadiyya) et la production des normes à la jonction de l’espace privé et public (Burkina Faso).

Xavier Moyet, Objets médiatiques pentecôtistes (Lagos-Ibadan)

Seyni Moumouni, Les manuscrits africains comme objets créateurs de lien.

Pause café

Mamadou Youri Sall, Manuscrits de la Sénégambie, enjeux et portée socio-historique.

Cheikh Guèye, Du lieu commun aux « lieux-moments », la confrérie mouride (Sénégal) et ses nouvelles frontières.

Mara Leichtman, L’ONG-isation de l’Islam quotidien : discours d’une association chiite au Sénégal

Débat

Soirée dîner gala

Vendredi 25 mars

9h00-9h45 : Conférence introductive

Jean-Paul Colleyn, Anthropologue, EHESS Paris

Pause café

10h00- 12h30 : Panel 3 : Le religieux en tension

André Mary, Les affaires de crimes rituels, entre intimité familiale et scène politico-médiatique

Joël Noret, Les lieux de la mort, sociologie d’une controverse religieuse (Abomey, Bénin)

Galilou Abdoulaye, Facteurs matériels et immatériels de changement (ou non) de religion au sein des foyers mixtes ou homogénéisés au Bénin

Zakaria Rani, Espaces et objets de guérison en tension au Maroc.

Mamarame Seck, Ethnographie de la communication du mouvement Cantakóon au Sénégal

Débat

Déjeuner

14h00-16h40 : Panel 4 : Les arrangements religieux

Edio Soares, Butinage religieux : pratiques et pratiquants au Brésil, regards sur Paranagua-mirim

Fabienne Samson, Le contournement des matérialités dans l’Eglise Universelle au Sénégal

Ismaël Moya, Aménagements des salafistes face aux contraintes familiales (Sénégal)

Blondin Cissé, Les espaces clos : objet refuge et expression du radicalisme religieux au Sénégal

Abdourahmane Seck, Affichages d’islam et façonnage des espaces et des sujets (Sénégal)

Mame Penda Ba, L’irréligion au Sénégal : une esthétique du camouflage ?

Débat

Pause café

16h50- 18h30 : Table ronde conclusive

Mame Penda Ba, Jean Paul Colleyn, André Mary, Maud Saint-Lary, Fabienne Samson, Felwin Sarr, Abdourahmane Seck, Laurent Vidal

Débat général

18h30: Cérémonie de clôture

 

Parution

La Mission au féminin dans un monde globalisé

Dossier dirigé par Katrin Langewiesche avec les contributions de : Anne Cornet, Jean-Marie Bouron et Hildegunde Schmidt

Les articles proposés étudient le rôle des congrégations catholiques féminines dans l’entreprise missionnaire en Afrique et s’interrogent sur la place de celles-ci dans des sociétés africaines modernes. L’exemple des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique (ou Sœurs Blanches) permet d’analyser les aspects généraux des dynamiques missionnaires : le partage des rôles entre les sexes lors de l’évangélisation de l’Afrique, l’exercice du pouvoir entre missionnaires étrangers et religieuses africaines, le changement des stratégies missionnaires ainsi que l’évolution des aspects économiques de la mission. Les approches croisent anthropologie et histoire et démontrent l’intérêt de faire des femmes missionnaires un sujet de recherche à part entière, pour comprendre les sociétés coloniales et postcoloniales, les rapports des sexes et des groupes identifiés à une appartenance raciale, les politiques sanitaires et éducatives, la professionnalisation des femmes, et aussi pour saisir sous cet angle les transformations des sociétés contemporaines et les formes prises par la globalisation.

Paris : Karthala, 2014

Journées d’étude PRIVEREL

Mis en avant

 

 

Affiche espaces prives religieux

PROGRAMME

Salle 640, 6ème étage (noyau A), CNRS, EHESS, 190-198 avenue de France 75013 Paris

Les journées seront organisées sur le principe de la table ronde laissant une large part au débat. Chacune des cinq tables rondes sera animée par un président de séance extérieur au programme qui  introduira le thème avec une présentation de 15 minutes destinée à susciter des pistes de réflexion. Après lui, certains membres de Priverel improviseront une  communication de dix minutes en réaction à la présentation du président de séance, mettant ainsi en perspective les différentes pistes proposées avec leur terrain. Puis un large temps sera réservé au débat avec la salle de façon à susciter les comparaisons. Les thèmes ayant été choisis pour leur caractère transversal, chaque chercheur du programme pourra éclairer le débat de ses premiers résultats.

Cette formule fondée sur l’improvisation (que les participants pourront préparer) permettra à chacun de réagir sur les quatre thèmes proposés, que ce soit de manière formelle avec une présentation de 10 minutes ou à travers le débat. La journée se terminera par une table ronde conclusive destinée à « penser l’articulation entre public et privé ».

3 avril 2014

13h30- 13h45 : Introduction

13h45-15h45 : Table ronde 1 Religion et liens familiaux

L’importance prise par des prédicateurs chrétiens et musulmans aujourd’hui en Afrique subsaharienne laisse penser que la famille ne soit plus le seul lieu de transmission des valeurs religieuses. L’engagement des croyants au sein de mouvements religieux ou d’associations confessionnelles transforme leur rapport au monde et leurs pratiques cultuelles. Ces nouvelles religiosités auxquelles ils adhèrent sont susceptibles de rompre avec certaines traditions familiales. Il s’agira donc de comprendre comment ce regain de ferveur religieuse (conversion, militantisme religieux etc.) influe sur les liens familiaux, les statuts personnels et les rapports de genre. Comment le religieux travaille-t-il les rapports de couple, la condition féminine, mais aussi les relations intergénérationnelles et intrafamiliales ? Comment les normes religieuses diffusées dans l’espace public sur les statuts personnels, l’éducation, les rôles des époux etc. sont-elles appropriées par les croyants dans le quotidien de l’espace domestique ?

Présidente : Karima Dirèche (CNRS, directrice IRMC)

Intervenants : Galilou Abdoulaye, Issa Cissé, Katrin Languewische, Joel Noet, Ismael Moya,

15h45-16h : pause

16h- 18h : Table ronde 2 Le pragmatisme religieux

Par le religieux, les individus cherchent des solutions pratiques et existentielles. Le religieux se présente comme une sphère qui fournit des dispositifs de santé plus ou moins formels, allant des dispensaires aux thérapies fondées sur des pratiques magiques et à la transe. C’est aussi une ressource supposée faire face à la précarité et aux inégalités sociales par la défense de systèmes de solidarité sociale ou économique. Comment ces dispositifs prennent-ils place? Quels liens d’interdépendance créent-ils avec les croyants? Le religieux apporte aussi une reconnaissance sociale (et politique) à laquelle les plus vulnérables et les cadets sociaux n’auraient pu prétendre. Comment ces trajectoires se construisent-elles ? Il ne s’agit pas ici d’aborder le religieux sous un angle fonctionnaliste, mais de montrer comment s’élabore une économie morale religieuse.

Président : Patrick Michel (directeur d’étude EHESS, CNRS, directeur du CMH)

Intervenants : Kae Amo, Katrin Languewische, Mara Leichtman, Camilla Strandsbjerg, Mara Vitale

4 avril 2014

10h-12h : Table ronde 3 La matérialité du religieux

Le renouveau religieux se donne à voir par une mobilisation de la part des prédicateurs et leaders religieux d’une panoplie d’outils pour la transmission de leur message. Des livres aux nouvelles technologies de l’information et de la communication en passant par les K7, les DVD et la pacotille, toutes ces matérialités font l’objet d’appropriations multiples dont il importe de comprendre les logiques. Certains objets servent un langage corporel destiné à marquer les appartenances religieuses (voile, chapelet, djellaba etc.). L’argent, en tant que support cérémoniel peut également être un outil de prédication… Comment les croyants s’approprient-ils ces objets et outils religieux ? Quels usages font-ils des livres saints dans leur quotidien?

Président : André Mary (directeur d’étude EHESS, CNRS)

Intervenants : Mame Penda Ba, Maud Saint-Lary, Abdou Seck, Camilla Strandsbjerg, Mara Vitale

12h- 13h30 : Déjeuner

14h- 16h : Table ronde 4 Le religieux et l’intime 

L’intime est l’espace privé de l’individu, un espace qui par définition ne se montre pas, un espace difficile d’accès pour l’ethnographe. C’est la façon dont le religieux est vécu secrètement en tant qu’expérience individuelle ou de couple. Comment le religieux façonne-t-il la sexualité des jeunes ? Comment dessine-t-il des trajectoires particulières ou socialement inavouables de cumul ou de bricolage religieux ? Comment l’incroyance est-elle vécue dans des contextes où l’injonction à une appartenance religieuse est forte ? La question se pose  également d’un point de vue méthodologique : comment l’ethnographe parvient-il à déjouer les difficultés inhérentes à un objet difficile d’accès?

Président : Abel Kouvouama (Professeur université de Pau, directeur de l’UFR LLSHS)

Intervenants : Galilou Abdoulaye, Kaé  Amo, Denise Brégand, Mara Leichtman, Fabienne Samson

 16h-16h15 : pause

16h15- 18h15 : Table ronde conclusive 5 Comment penser l’articulation du public et du privé ?

Face aux difficultés de définir et délimiter les frontières entre public et privé tant elles sont poreuses, nous reviendrons sur ces deux concepts clés. Dans quelle mesure les recompositions religieuses contemporaines participent à notre compréhension du public et du privé, de leur caractère interdépendant ? Les transformations sociétales s’accompagnent souvent d’un déplacement des frontières entre public et privé. C’est le cas des combats féministes qui ont forcé des questions privées à entrer dans le débat public (avortement etc.). Comment le religieux accompagne-t-il ou au contraire résiste-il à de telles dynamiques de changement ?

Présidents : Jean Baubérot (Professeur EPHE), Jean-Pierre Dozon (directeur d’étude EHESS)

Discussion collective 

Soirée de clôture (20h) : repas restaurant